Translate

mardi 1 août 2017

Une étude de l’ETF montre la nécessité d’établir une stratégie nationale pour augmenter l’employabilité des Libanais de retour au pays, des réfugiés et des migrants

National strategy needed to increase employability of Lebanese returnees, refugees and migrants, ETF study finds

Le 4 juillet, la Fondation européenne pour la formation (ETF) a organisé un atelier de haut niveau à Beyrouth. 

À cette occasion, les experts du marché du travail de la fondation ont présenté les conclusions d’une étude qui visait à cartographier la politique en matière de compétences et les mesures de soutien déployées au Liban.

L’étude de l’ETF, qui était la première de ce type, montre qu’une stratégie de mobilité nationale aiderait le Liban à mieux utiliser les compétences des réfugiés, des travailleurs étrangers, des migrants, des expatriés et des Libanais de retour au pays.

Sur la base de l’inventaire des « Mesures de soutien aux migrants en matière d’emploi et de compétences », l’étude de l’ETF identifie 17 mesures au Liban visant à encourager la mobilité de la main-d’œuvre et la correspondance entre l’emploi et les compétences pour les expatriés et les Libanais de retour au pays, les émigrants potentiels, les migrants étrangers, les demandeurs d’asile et les réfugiés.

Douze mesures se concentrent sur l’aide aux réfugiés ainsi qu’aux bénéficiaires libanais « vulnérables », tandis que trois mesures ciblent les travailleurs migrants étrangers et que deux autres encore s’adressent aux expatriés et émigrants libanais.

La majorité de ces mesures sont financées par la communauté internationale des donateurs, dont l’UE fait partie. En effet, l’UE est le premier donateur dans le cadre de la réponse internationale donnée à la crise en Syrie.

Selon la Banque mondiale, en 2013, 810 900 Libanais vivaient à l’étranger, mais des estimations plus récentes fixent ce chiffre à pas moins de 10 millions.

Le Liban est aussi une destination d’immigration pour les travailleurs peu qualifiés originaires du Moyen-Orient, d’Asie et d’Afrique. On estime ainsi le nombre de travailleurs étrangers dans le pays à 1,6 million. Ces travailleurs sont principalement actifs dans les secteurs de la construction, de l’agriculture et du travail domestique.

Le pays est également confronté à un afflux massif de réfugiés, dont on estime le nombre à 1,6 million en provenance de Syrie, ce qui génère une pression accrue sur la communauté des travailleurs peu qualifiés.

Dans son rapport, l’ETF appelle à l’élaboration d’une politique de migration nationale en vue d’augmenter l’employabilité des travailleurs émigrants libanais qui souhaitent revenir au Liban, des travailleurs immigrants étrangers et des réfugiés.

La Fondation européenne pour la formation est une agence spécialisée de l’UE, qui travaille avec 29 pays partenaires limitrophes de l’Europe. L’ETF collabore étroitement avec les délégations de l’UE, mettant à disposition son expertise et son aide dans le domaine des compétences, de l’enseignement et de la formation professionnels et du développement du capital humain.

Pour en savoir plus

Also available in

Aucun commentaire: