Translate

mardi 25 août 2015

Un projet offre une seconde chance aux jeunes exclus du marché de l’emploi



Un projet labellisé par l’Union pour la Méditerranée œuvre au développement d’un réseau de dispositifs accrédités « Nouvelle Chance » pour l’intégration des jeunes exclus du marché du travail. 

Ciblant les jeunes qui ont quitté le système scolaire sans qualification ainsi que les jeunes diplômés au chômage, le projet est spécialement adapté au contexte et aux besoins des pays du sud de la Méditerranée (à ce stade, le Maroc, la Tunisie et l’Algérie).
 
Dans le cadre du projet Réseau méditerranéen « Nouvelle chance » (MedNC), l’Institut supérieur de comptabilité et d’administration des entreprises (ISCAE), rattaché à l’Université de la Manouba, en Tunisie, a conclu la première édition du programme ISCAE Nouvelle Chance. La formation a impliqué 17 professeurs, 15 formateurs volontaires et un groupe de 22 étudiants, dont 5 ont déjà trouvé un emploi et 8 ont prolongé leur stage.
 
Les promoteurs du projet étudient désormais la possibilité d’étendre le programme à d’autres établissements liés à l’Université de la Manouba ainsi qu’à d’autres universités et écoles techniques tunisiennes. 
 
En savoir plus
Réseau méditerranéen « Nouvelle chance » (MedNC) - page internet
UpM – Site internet
 

L’UE renforce son aide humanitaire en faveur de la Libye



L’UE a augmenté de 6 millions d’euros son aide humanitaire en faveur de la Libye, alors que le conflit s’enlise et que les besoins continuent d’augmenter. Ce soutien   cible les personnes déplacées par le conflit, les migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile.
Les nouveaux fonds soutiendront principalement la distribution de biens tels que les kits de cuisine, les couvertures et les matelas, ainsi que la santé et la protection des personnes les plus vulnérables. Ils permettront aussi aux organisations humanitaires de mieux évaluer la situation, afin d’améliorer leur réponse aux besoins sur le terrain.
Depuis l’escalade de la crise il y a un an, la Commission européenne a mobilisé 8,76 millions d’euros au total en soutien à l’ONU, aux organisations internationales et aux ONG internationales pour répondre aux besoins humanitaires en Libye. 

Pour en savoir plus
SEAE – Libye
Page web EU Neighbourhood Info Centre – Libye
Délégation de l’UE en Libye – site internet et page Facebook 

Abraaj Group mobilise 375 millions de dollars pour le Maghreb

Le capital-investisseur Abraaj Group a annoncé dans un communiqué ce 24 août la clôture de son deuxième fonds dédié à l’Afrique du Nord. 

Résultat de recherche d'images pour "Abraaj Group mobilise 375 millions de dollars pour le Maghreb"D’un volume de 375 millions de dollars, Abraaj North Africa II sera orienté vers des secteurs à fort potentiel et positionnés sur une classe moyenne en pleine expansion en Algérie, en Egypte, au Maroc et en Tunisie.

En particulier, seront ciblés pour des « participations de 15 à 20 millions de dollars » des entreprises « de taille moyenne (…) bien gérées, avec une croissance solide et le potentiel pour devenir leaders régionaux dans leurs secteurs », principalement dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de la grande consommation ; des prises de participations majoritaires ou minoritaires selon les cas.

Un autre succès pour Abraaj Group qui est parvenu à attirer à sur son tour table des investisseurs européen et nord-américain de premier plan dont la Banque européenne d’investissement, le Fonds suisse Sifem), la SFI.

Le précédent fonds Abraaj North Africa I était doté d’un montant de 161 millions de dollars.
En Avril dernier, le groupe réussissait une levée de fonds pour l’Abraaj Africa Fund III de 990 millions de dollars destiné à des investissements en Afrique subsaharienne.

Source de l'article Financialafrik

Sept organisations du sud de la Méditerranée sélectionnées pour mettre en œuvre des actions pilote de mobilisation des acteurs de l' égalité au niveau local

Les porteurs du projet « Renforcer les capacités des acteurs de l’égalité » ont le plaisir d’annoncer la liste des organisations de la société civile qui vont être chargées d’encourager le travail en réseau entre les différents acteurs de l’égalité sur leurs territoires.

130905_logofemmes.jpgÀ partir de septembre 2015, sept actions pilote de consultation et de partage d’expériences vont être réalisées dans les pays bénéficiaires du projet : l’Algérie, l’Égypte, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Palestine et la Tunisie. Leur objectif sera de réaliser un suivi des politiques sur un thème en lien avec l’égalité des droits des femmes et des hommes à participer à la vie politique, économique, civile et sociale, de recueillir des pratiques réussies dans ce domaine et de définir des pistes de projets concrets et innovants pour répondre aux manques détectés.

Issues de l'appel à candidatures lancé en juin, les organisations responsables des actions pilote de mobilisation locale en 2015 sont les suivantes :
  • Femmes en communication – FEC (Wilaya d’Oran, Algérie)
  • Appropriate Communication Techniques for Development – ACT (District de Giza, Égypte)
  • Building bridges (Province d’Irbid, Jordanie)
  • Committee for the Follow-Up on Women’s Issues - CFUWI (Gouvernorat du Mont-Liban, Liban)
  • Réseau Femmes Solidaires (Région de Marrakech - Tensift - Al Haouz, Maroc)
  • Voix de la femme – VJF Jemmel (Monastir et Sousse, Tunisie)
  • Women’s Centre for Legal Aid and Counselling – WCLAC (Naplouse, Jéricho, Tulkarem, Qalqilia et Hébron, Palestine)
Le projet est mené par l’Institut européen de la Méditerranée - IEMed, le Centre des femmes arabes pour la formation et la recherche - CAWTAR, l’État français, la Fédération de la Ligue démocratique des Droits des femmes - FLDDF, le Forum Femmes Méditerranée - FFM et le Réseau universitaire et scientifique euro-méditerranéen sur le genre et les femmes - RUSEMEG, avec le soutien du Ministère français des Affaires Étrangères et du Développement International - MAEDI.


Source de l'article IEMed

Le Prix Robert Bosch Stiftung du film pour la coopération internationale

Trois prix du film pour la coopération internationale entre jeunes cinéastes allemands et arabes sont décernés par la Robert Bosch Stiftung. Un total de 70 000 € est disponible pour chacune des catégories incluant court-métrage d’animation, documentaire de format court ou long et court-métrage de fiction.


Seules les équipes de production (et non les individus) incluant de jeunes cinéastes d’Allemagne et de l’un des 22 pays de la Ligue arabe sont éligibles au Prix. Par ailleurs les projets candidats doivent être produits entre l’Allemagne et le pays partenaire, l’interaction entre les deux cultures étant un élément essentiel de la compétition.

Un total de 15 équipes seront sélectionnées et invitées à présenter leur film à la Berlinale des Talents 2016 à Berlin (Allemagne), qui est l’événement majeur du Festival du film de Berlin pour les réalisateurs émergents. Un jury y sélectionnera les trois lauréats.

Les fonds alloués peuvent être utilisés pour toute la production du film, y compris les frais de transport et de vie lors des tournages, la location de l’équipement et les salaires des professionnels impliqués dans le projet. Tout co-financement du pays partenaire est néanmoins bienvenu. L’organisation allemande membre de l’équipe recevra et gérera l’allocation, et sera chargée de rendre compte à la Robert Bosch Stiftung.

Le règlement complet en anglais et en allemand est disponible sur le site internet du Prix.

La date limite pour les candidatures est le 18 septembre 2015.

Une plateforme en ligne permet sur inscription une mise en relation de réalisateurs arabes et de producteurs allemands en vue de constituer les équipes candidates.

Source de l'article Babelmed

Nouveau financement de l’UE pour renforcer le secteur de la sécurité et soutenir le développement régional en Tunisie



L’UE a adopté le premier volet de son train de mesures annuel en faveur de la Tunisie, d’un montant total de 116,8 millions d’euros. Son but est de renforcer le secteur de la sécurité et de soutenir le développement socioéconomique et régional.
 
« Une Tunisie forte et démocratique est essentielle pour la stabilité du voisinage européen », a indiqué la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. « Il est dans notre intérêt commun de veiller à ce que la Tunisie reste un exemple pour la région, non seulement pour la Tunisie et pour la population tunisienne, mais aussi pour maintenir l’espoir dans l’une des régions les plus instables du monde. »
 
Ce premier volet du train de mesures annuel en faveur de la Tunisie se compose de cinq programmes visant à : 1) soutenir la réforme socio-économique ; 2) encourager la consolidation des fondements de la démocratie ; et 3) promouvoir le développement régional et local.  
 
Pour en savoir plus 
EU Neighbourhood Info Centre – page web sur la Tunisie 
Délégation de l’UE en Tunisie – site internet et page Facebook

La rénovation énergétique dans les logements sociaux : un projet de l’UE développe un modèle commun pour la Méditerranée



En vue d’améliorer la performance énergétique des logements sociaux en Méditerranée, un modèle pour les rénovations énergétiques – qui inclut une méthodologie commune pour l’audit, la sélection des mesures à mettre en œuvre, la réalisation des rénovations et la validation de la performance énergétique - a été développé par le projet RELS (Rénovation énergétique des logements) – financé par l’UE – et testé sur 7 bâtiments pilotes situés en Tunisie, Italie et Espagne.
 
Les travaux réalisés dans les bâtiments concernent l’isolation thermique (remplacement des fenêtres ou meilleure isolation des murs extérieurs, par exemple), l’installation de panneaux photovoltaïques ou l’utilisation d’ampoules LED/fluo-compactes. Globalement, les mesures d’efficacité devraient réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre ainsi que la consommation d’énergie dans les bâtiments pilotes.
 
Les instruments et résultats du projet RELS seront présentés à l’occasion d’un séminaire de formation dans la ville de Madaba, en Jordanie.
 
Le projet RELS et financé par le programme IEVP CTF Bassin Maritime Méditerranée 2007/2013, un programme de coopération transfrontalière multilatérale cofinancé par l'Union européenne dans le cadre de l'Instrument Européen de Voisinage et de Partenariat. Il vise à renforcer la coopération entre l’UE et les régions des pays partenaires situés le long des rives de la mer Méditerranée. 
 
Pour en savoir plus
ENPI CBCMED – site internet
Coopération transfrontalière – fiche
Centre d’information pour le voisinage européen – Interview  – Un partenariat transfrontalier visant à rapprocher les peuples

Les transformations géopolitiques dans la région MENA: Les dynamiques structurantes

Depuis 2011, dans la quasi-totalité des pays arabes, les protestations de masse mettant fin à l’idée tant répandue de l’exceptionnalisme arabe se sont soldées, à la surprise de tous, par la chute de 4 dictateurs (Tunisie, Égypte, Libye et Yémen) et par la précipitation des réformes politiques dans bon nombre de pays de la région. 

24. Les transformations géopolitiques dans la région MENA: Les dynamiques structurantesCes changements, dans leur réalisation précipitée et improvisée, sans véritable programme ni stratégie, n’ont pas abouti à de réelles transformations des régimes en place. Pis encore, dans certains cas, on a assisté à l’exaspération de luttes intestines, l’apparition d’entités inédites (« État » Islamique) et à de véritables implosions (Libye, Syrie).

L’approche adoptée dans cet essai, écrit par Fouad M. Ammor, se veut multidimensionnelle, faisant appel à la fois 
  • à l’histoire récente de la région euro-méditerranéenne, 
  • aux enjeux géostratégiques où il n’est pas toujours facile de trancher entre les intérêts et les principes; entre le discursif et l’action, 
  • au retour aux faits, dans leur configuration à la fois descriptive et analytique, 
  • à une quête du maximum d’objectivité subjectivement possible.
Télécharger le document EuroMeSCo24.pdf — PDF document, 5144Kb

Source de l'article IeMed

Les institutions régionales soutiennent l'appel de la Fondation Anna Lindh pour la définition d'une stratégie de dialogue interculturel en Méditerranée

« Le dialogue interculturel ne peut plus être uniquement considéré comme ayant un rôle ‘passif et périphérique’ dans les relations euro-méditerranéennes. Nous avons besoin d’une stratégie globale et de long terme qui assurera la pérennité de notre présence et de nos efforts. Le dialogue interculturel doit devenir central dans la façon de penser nos relations », a déclaré Elisabeth Guigou, Présidente de la Fondation Anna Lindh, à l’occasion de l’ouverture de la première Réunion de haut-niveau sur le Dialogue interculturel qui se déroulait à Barcelone le 23 juillet.


À l’initiative du Gouvernement espagnol et se déroulant au siège de l’Union pour la Méditerranée, cette rencontre a été organisée en partenariat avec la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue des cultures, l'Alliance des civilisations de l'Organisation des Nations unies et le Centre international Roi Abdullah Ben Abdelaziz pour le dialogue interreligieux et interculturel ; ces trois institutions ont été mises en avant par le Conseil des Affaires étrangères du 9 février 2015, sous la présidence de la Haute-Représente de l’UE Federica Mogherini, qui appelait notamment l’Union à « étudier de nouvelles possibilités de coopération avec des acteurs tels que la Fondation Anna Lindh pour le dialogue des cultures, l'Alliance des civilisations de l'Organisation des Nations unies et le Centre international Roi Abdullah Ben Abdelaziz pour le dialogue interreligieux et interculturel ».

Mentionnant les récentes propositions de la Fondation Anna Lindh dans le cadre de la révision de la Politique européenne de voisinage, la Présidente Elisabeth Guigou a exhorté « les institutions européennes, au plus haut niveau, ainsi que les organisations et les réseaux existants qui partagent notre vocation interculturelle, à travailler avec la Fondation pour définir une stratégie globale pour l’ensemble de la Méditerranée ». Elle a poursuivi : « un des changements fondamentaux de notre approche doit consister à transformer l’actuelle programmation triennale en une politique de long terme qu’il faut bâtir sur la prochaine décennie. Cela sera le socle de notre travail avec la société civile pour soutenir la coopération régionale – du bas vers le haut –, et répondre ensemble aux profonds enjeux culturels et sociaux qui sont au cœur de la relation entre l’Europe et ses partenaires, et qui ne doivent pas aggraver davantage les défis politiques et sécuritaires ».

Parmi les propositions avancées pour une stratégie de dialogue interculturel par la Présidente Elisabeth Guigou, au nom de la Fondation Anna Lindh : (1) élaborer la première Charte euro-méditerranéenne pour le dialogue interculturel, qui sera préparée en amont de la prochaine édition du Forum méditerranéen de la Fondation Anna Lindh et de la présidence maltaise du Conseil de l'Union européenne ; (2) faire davantage usage des analyses, recherches et sondages conduits par la Fondation Anna Lindh sur les tendances sociales et culturelles dans la région (« Rapport Anna Lindh ») ; (3) travailler collectivement sur la visibilité de nos actions avec pour objectif d’augmenter significativement la portée des programmes ayant déjà un fort impact, à l’instar de « Young Arab Voices ».

José Manuel García-Margallo, ministre espagnol des Affaires étrangères, a salué le travail de la Fondation Anna Lindh et des institutions-partenaires, et a souligné que les Etats et les organisations travaillant sur le dialogue euro-méditerranéen devaient réfléchir aux moyens d’être collectivement plus efficace. Il a déclaré : « le renforcement du dialogue interculturel et interreligieux comme outil de médiation, de prévention et de résolution des conflits renforcera la performance de ces institutions. Il est urgent de passer d’une culture de la réaction à une culture de la prévention ».

Mohamed Ezzine Chalaifa, secrétaire d’Etat tunisien aux Affaires étrangères, a approuvé l’appel pour une stratégie commune de dialogue interculturel, indiquant que « le dialogue interculturel doit devenir stratégique en vue de faire face à la radicalisation et l’extrémisme grandissants dans la région. Nous avons besoin de bâtir sur ce qui existe déjà, notamment les réseaux de la société civile initiés par la Fondation Anna Lindh et l’Université euro-méditerranéenne. Nous avons besoin d’investir dans ce plan d’action commun pour renforcer l’impact de notre travail à travers la région. »

Fathallah Sijilmassi, secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée, a rappelé l’importance d’une approche collective. Il a déclaré : « les défis de la région comme le terrorisme, la montée de l’extrémisme ou la tragédie humanitaire des migrations confirment la nécessité d’une action collective renforcée et d’une approche globale. Nous appelons à une stratégie collective et globale pour rendre chacune de nos institutions plus forte que les défis auxquels elles sont confrontées.

Source de l'article Anna Lindh Foundation

«Training for the Future» : Accenture débloque 6 millions de dollars

Afin d’aider des milliers de jeunes en Méditerranée, l’entreprise internationale de conseil en management, technologies et externalisation, Accenture, a versé une contribution de 6 millions de dollars au programme «Training for the Future».

Lancé à l’initiative d’Education for Employment (EFE), ce programme propose en effet des formations qualifiantes en ligne et en classe à plus de 25.000 jeunes défavorisés en Espagne, au Maroc et en Tunisie. Le programme EFE assurera par la suite un emploi à au moins 3.800 jeunes

«L'écart entre le contenu des programmes de formation et les compétences requises sur le marché du travail reste un obstacle à l'emploi pour de nombreux jeunes. Grâce à Training for the Future, nous allons aider EFE à développer des formations professionnelles plus pertinentes pour ces jeunes», explique Vicente Moreno, directeur d’Accenture en Espagne.

Dans le même cadre, Accenture fournira des services bénévoles au niveau local pour appuyer la mise en oeuvre du programme dans six pays de la Méditerranée. Ces services incluront notamment la gestion et l'évaluation de projets, avec un accès à la technologie exclusive de formation numérique d'Accenture, afin d’aider ces jeunes à acquérir des compétences non techniques telles que la communication, la prise de décision et les relations clients.

Par ailleurs, la contribution d'Accenture s’inscrit dans une démarche de responsabilité citoyenne de l’entreprise via l’initiative «Skills to Succeed», qui a permis à plus de trois millions de personnes dans le monde de développer les compétences nécessaires pour obtenir un emploi ou créer une entreprise.

En 2013, Accenture a aidé EFE à initier un programme similaire à «Training for the Future», qui a bénéficié à plus de 140 jeunes défavorisés afin d’obtenir un emploi en tant que programmeurs informatiques. Plus de 50 de ces jeunes se sont vu offrir un emploi chez Accenture.

Source de l'article Leseco


Projet - TIC : Comité de pilotage e-commerce en Afrique

Comité de pilotage e-commerce en Afrique
Lundi 21 Septembre 2015 de 14:00 à 18:00 à Paris

Faisant suite à la réflexion sur la numérisation des sociétés et des économies méditerranéennes et sur la filière euromaghrébine des TIC, l’IPEMED a lancé, avec le concours de M Alain Ducass, expert international, une réflexion sur le commerce électronique dans quatre pays africains : le Maroc, la Tunisie, le Sénégal et la Côte d’ivoire.

Ce phénomène naissant, qui comporte un potentiel indéniable dans le renforcement des faibles échanges économiques Sud-Sud et dans la création d’emplois qualifiés, peut-il être également un vecteur d’intégration régionale en Méditerranée ? Voire permettre le renforcement des échanges économiques dans un périmètre géographique élargi, celui de la Verticale : Europe-Méditerranée-Afrique ? Quels sont les freins ? Quels sont les leviers ? Quelles recommandations peuvent être élaborées afin d’encourager cette dynamique ? 

Le rapport que l’IPEMED est en train de réaliser cherche à apporter une meilleure compréhension du secteur e/m-commerce dans les pays choisis et à voir si des dynamiques d’intégration régionale existent ou pourraient être développées. 

Ce Comité de pilotage est une étape importante dans ce processus de réflexion. Il va permettre d’une part, de croiser les regards et les expertises et, d’autre part, de tester les recommandations. C’est aussi le moment de réunir des acteurs clés du secteur dans ces quatre pays, mais aussi au-delà, en France et en Europe, afin de créer des liens et d’approfondir la réflexion. Nous souhaitons qu’il soit un moment riche et participatif pour tous les participants. 

Le Comité de pilotage s’articulera autour de trois temps : 
- un premier temps de présentation et d’échange autour des monographiques pays ; 
- un deuxième temps autour des recommandations ; 
- un dernier échange autour des moyens de valorisation de ce rapport qui sera prêt à la rentrée 2015. 

Si vous avec une expérience ou une expertise reconnu dans ce domaine et souhaitez la partager avec nous, merci de bien vouloir contacter : 
Macarena NUÑO
Chef de projet à l’IPEMED

Source de l'article IPEMED

Un projet européen soutient l’Autorité égyptienne d’assurance-qualité et d’accréditation du système éducatif



La Délégation de l’UE en Égypte et l’Autorité nationale d’assurance-qualité et d’accréditation (National Authority for Quality Assurance and Accreditation, NAQAAE) ont fêté la clôture du projet de jumelage financé par l’UE « Strengthening NAQAAE institutional capacity with a view to improving accreditation and quality assurance education system » (Renforcer la capacité institutionnelle de la NAQAAE afin d’améliorer l’accréditation et l’assurance-qualité du système éducatif).
 
Ce projet de jumelage, d’un montant de 1,3 million d’euros, a démarré en 2013. Il avait pour objectif de renforcer les capacités institutionnelles et techniques de la NAQAAE, l’autorité en charge de l’accréditation et de l’assurance-qualité du système éducatif. L’échange de connaissances entre experts égyptiens, finlandais, français et allemands visait en particulier à :
(i) Analyser la structure opérationnelle et de gestion de la NAQAAE
(ii) Aligner les processus d’assurance-qualité et les procédures d’accréditation sur les normes internationales   
(iii) Évaluer le cadre réglementaire de la NAQAAE et préparer une stratégie afin de mieux l’aligner sur les normes et les bonnes pratiques européennes
 
Read more
EU Neighbourhood Info Centre- page internet – Egypte
Délégation de l’UE en Egypte – site internet et page Facebook 

Appel à participation aux ateliers de renforcement des capacités de Med Culture à destination des professionnels de la culture des pays du Sud de la Méditerranée




Le programme Med Culture, financé par l’UE, lance le premier appel à participation à deux ateliers de renforcement des capacités, sur le thème : « Pour un secteur culturel inclusif, travailler hors des capitales ».
 
L'un des objectifs de cette activité est de valoriser et développer les ressources spécifiques des régions tout en mobilisant de nouvelles parties prenantes et en forgeant de nouveaux partenariats. 
 
L'appel est lancé à destination de 20 opérateurs culturels – ayant entre 29 et 45 ans –d'Algérie, d’Égypte, d’Israël, de Jordanie, du Liban, de Libye, du Maroc, de Palestine, de Syrie et de Tunisie. 
 
La date limite de soumission des candidatures est fixée au 5 août 2015.
 
Les candidats sélectionnés participeront à deux ateliers de renforcement des capacités en 2015 et 2016. Le premier atelier aura lieu du 9 au 11 septembre 2015 à Tunis, le deuxième au printemps 2016.
 
Financé par l’UE, le projet MedMedia vise à créer un environnement favorable à la réforme des médias dans la région sud de la Méditerranée. Il fait partie du programme « Média et culture pour le développement en Méditerranée du Sud », un programme à hauteur de 17 millions d’euros qui vise à soutenir le processus de réforme des médias et de la culture dans la région.
 
MedMedia met l’accent sur la législation, la réglementation, la programmation, la stratégie et le leadership en vue d’aider les médias étatiques à remplir leur mission de service public, en concurrence avec le secteur commercial. Il permettra également de renforcer la confiance du public en consolidant le rôle des médias en tant gardiens indépendants et vecteurs du débat démocratique. 
 
Pour en savoir plus
Projet MedMedia – Site internet
MedMedia – Page Facebook
EU Neighbourhood Info Centre - Culture et média
 

Conférence annuelle de MedCités Dudrovnik 2015

Comme voté au dernier comité de pilotage de MedCités (21 avril à Tétouan), la conférence annuelle de MedCités se tiendra du 10 au 11 novembre 2015 à Dubrovnik (Croatie) avec l’appui de la Ville de Dubrovnik.

MedCities Annual Conference

La Conférence sera composée de la réunion de l’Assemblée générale et d’un séminaire international intitulé « villes historiques : héritage, innovation et cohésion sociale ».

Plus d’informations sur le site de MedCités.

Source de l'article Commed 

Séminaire politique - La transformation structurelle dans certains pays Sud-Méditerranéens

Sans titreFEMISE a organisé un séminaire politique sur le thème de la « transformation structurelle dans certains pays Sud-Méditerranéens» à Madrid le 3 Juillet 2015

L’objectif de ce séminaire était d’engager une discussion active avec un public mixte sur les conditions qui permettent à la politique industrielle de réussir, avec un accent particulier sur la région Euromed. Le Seminaire a été organisé à l’Universidad Autonoma de Madrid (membre du FEMISE). 

Contexte 

Malgré le rôle important de la transformation structurelle dans le processus de développement économique, il n’existe pas de consensus sur le rôle approprié de l’État dans l’industrialisation. Les points de vue oscillent entre prôner la neutralité des incitations, craignant l’échec du gouvernement dans sa politique de substitution des importations, et offrir des solutions intermédiaires telles que les mécanismes orientés sur le marché auxquels s’ajoutent diverses formes d’interventions sélectives pour compenser les défaillances de marché et de coordination. 

Sans titre3Les exemples historiques montrent que une réponse adéquate doit inclure des politiques gouvernementales efficaces pour catalyser la croissance du secteur privé. Cependant, en dehors de l’expérience réussie des pays de l’Asie de l’Est, la politique industrielle n’a pas réellement fonctionné dans la plupart des pays africains, et jusqu’à récemment, dans la plupart de l’Amérique latine. Plus récemment, de nouvelles explications ont démontré que la participation active de l’État dans le choix des « gagnants » est souvent façonné par l’économie politique et les choix des groupes d’intérêt. 

Combien de transformations structurelles ont eu lieu dans les pays du Sud-Med au cours des dernières décennies? Quel a été le rôle de la politique industrielle ou de son absence dans le processus de transformation? Quel a été le rôle des facteurs d’économie politique dans l’élaboration des politiques industrielles et quels ont été les résultats? Pour essayer de répondre à ces questions, le FEMISE a organisé ce séminaire politique pour mieux examiner les expériences des pays de l’Euromed. 

Le séminaire est une activité de suivi à la suite d’un projet de recherche mené par ERF à la demande de FEMISE et financé par la Banque européenne d’investissement (BEI), se concentrant sur l’Egypte, le Maroc, la Tunisie et la Turquie. L’ordre du jour et les photos des sessions sont disponibles ci-dessous. Les powerpoints de toutes les présentations suivront sous peu et seront mis à disposition au téléchargement.

Voir suite ici

Source de l'article FEMISE

Mideast, Balkans and migration at AdMed Festival 2015

Ancona - The Adriatic Mediterranean Festival 2015, from August 29 to September 5 in Ancona, will be a chance to understand better the Mediterranean.

Mideast, Balkans and migration at AdMed Festival 2015From Tunisia to Turkey, from Egypt to migration, from the Balkan borders to the southern shores of the sea, the stories will be told by those experiencing them firsthand, starting from Paolo Rumiz, who on September 2 will be given the 2015 Adriatic Mediterranean Award.

Writer, journalist and traveller, Rumiz has crossed Mediterranean and Balkan borders - which in recent weeks have gone back to being closed ones - many times over the years.
On Wednesday, Rumiz will be at the center of an event at the Corte della Mole on the legacy of WWI, 100 years after Italy first entered the conflict. On August 30, there will be the chance to look more deeply at the changes in the Middle East and the Mediterranean at an event with Marco Cesario, a journalist who has focused extensively on the Mediterranean and worked for ANSAmed.

The Palermo TGR RAI journalist will on August 31 at the Feltrinelli Davide Camarrone bookshop be presenting his 'Lampaduza', a reportage on the island that so many migrants see as a goal. Migrants, asylum seekers and refugees will b the focus of a September 3 event at the Convegni della Mole hall organized by Doctors Without Borders (MSF): "#milionidipassi: un Possibile Ponte per le Popolazioni in Movimento". The discussion will start from the figures: over 51 million people in the world forced to migrate to survive: 16 million refugees, 33 million displaced and about 1.2 million asylum seekers. 

On September 4, the focus will be on Egypt at an event at the Poveriera Castelfidardo with Davide Acconcia. Correspondent from Cairo for Il Manifesto, writer and essayist, Acconcia will be speaking about recent developments in Egypt, which is still struggling in the post-Mubarak era. On September 5 the concluding event - at Arco di Traiano - will be on Turkey, with the Milan-based journalist, who has lived in Turkey for 8 years and works with La Stampa, Avvenire and Geopolitica's East.

Source Ansamed

jeudi 20 août 2015

La certification forestière : innover pour assurer une valorisation durable de forêts méditerranéennes



Des experts forestiers de la région euro-méditerranéenne se sont réunis à Barcelone pour discuter des possibilités et des défis offerts par des solutions innovantes visant à valoriser durablement les produits forestiers méditerranéens, telles que la certification des forêts dans la région méditerranéenne. 

La réunion a été organisée par le projet MENFRI, financé par l’UE.
 
Le but était de discuter de la façon dont le Programme de reconnaissance des certifications forestières (PEFC) pourrait aider les forêts méditerranéennes et leurs produits à être mieux valorisés. La réunion des experts a été complétée par une visite de forêts certifiées dans la région catalane. MENFRI prépare également des sessions de formation en novembre 2015 au Maroc et en mai 2016 en Tunisie sur la certification forestière et l'innovation dans le secteur forestier pour l'amélioration de la situation des femmes et le développement des capacités dans le Maghreb.
 
MENFRI - Le Réseau méditerranéen de recherche et d'innovation forestière - est un projet de recherche financé par l'UE au titre de son septième programme-cadre de recherche (7e PC), qui vise à encourager la coopération internationale au sein de la région méditerranéenne dans le domaine des forêts 
 
En savoir plus
Projet MENFRI site internet
Site internet – 7e PC

L’enfant et le droit international des droits de l’homme : des experts du Sud de la Méditerranée participent à la session annuelle d’enseignement de l’Institut international des droits de l’Homme



Dans le cadre du Programme Sud II, financé par l’UE, neuf experts d’Egypte, de Jordanie, du Maroc et de Tunisie ont participé à la 46e session annuelle d’enseignement de l’Institut international des droits de l’Hommesur le thème « L’enfant et le droit international des droits de l’homme », organisée à Strasbourg du 6 au 24 juillet 2015.
 
Des représentants des ministères et de la société civile du Sud de la Méditerranée ont ainsi eu l’opportunité d’approfondir et de perfectionner leurs connaissances académiques. Cette session a également donné lieu à des débats et à un partage d’expériences entre les 300 participants du monde entier.
En marge, un atelier organisé par les experts du Conseil de l’Europe (CdE) sur les droits de l’enfant avec des participants de pays partenaires méditerranéens a présenté les14 conventions du CdE couvrant les droits de l’enfant, et en particulier la Convention sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels.
 
Le programme conjoint de l’UE et le Conseil de l'Europe (CoE) "Vers une gouvernance démocratique renforcée dans le sud de la Méditerranée" (Programme Sud II), 2015-2017 - financé avec un budget de €7,4 M  - vise à contribuer au renforcement de la gouvernance démocratique dans la région sud de la Méditerranée en soutenant le développement de nouveaux cadres constitutionnels et juridiques; à contribuer à la création et l'expansion d'un espace juridique commun entre l'Europe et la Méditerranée du Sud et à favoriser la coopération régionale dans le domaine des droits de l'homme, état de droit et la démocratie.
 
Les activités de coopération dans le cadre du Programme Sud II sont principalement dirigées vers le Maroc, la Tunisie et la Jordanie et sont ouvertes à d'autres pays du sud de la Méditerranée, à travers des activités régionales ou bilatérales ciblées. 
 
En savoir plus
Site web du programme Sud II 
Suivre le programme Sud II sur Twitter
 

La région méditerranéenne : un nouveau pôle économique sur la carte du monde

Avec un PIB de plus de 10 trillions de dollars américains et 17 110 projets d’investissements directs à l’étranger (IDE) au cours des cinq dernières années, la région méditerranéenne est l’une des plus attractives au monde selon le dernier « BaroMed EY : The next opportunity », lancé le 16 avril 2015 au Strategic Growth Forum EY à Rome.

La région méditerranéenne : un nouveau pôle économique sur la carte du monde

Une destination déjà attractive pour les investissements étrangers

Les 27 pays examinés dans le cadre du baromètre ont attiré 17 110 projets d’IDE entre 2009 et 2013, dont 78% en faveur des pays de l’UE et du Golfe. Du fait de la relative rareté des cibles d’acquisition et des potentiels inexploités dans la région, les fusions & acquisitions représentaient seulement 35% des IDE durant la période, contre 65% pour les investissements. 

D’après le sondage réalisé en mars 2015 auprès de 156 dirigeants dans vingt pays, la région est considérée comme plus attractive que l’Europe (51%), l’Afrique (60%) et l’Asie (52%). Lorsqu’on leur demande de la comparer avec l’Europe, les investisseurs mettent en avant la rapidité de sa croissance économique, sa démographie et l’urbanisation, avec le développement spectaculaire de nouvelles villes et quartiers notamment dans les pays du Golfe, en Turquie et au nord de l’Afrique. 

Selon Marc Lhermitte, associé chez EY et auteur du rapport. « Les motivations pour investir dans la région sont fortes. La région bouillonne de consommateurs, d’idées, d’énergie et dispose d’un formidable réservoir de talents insuffisamment exploités. Elle accueillera 750 millions de personnes d’ici 2040, avec un pouvoir d’achat grandissant. "

Secteurs et investissements du futur

Entre 2009 et 2013, les entreprises ont particulièrement investi dans les services aux entreprises (15,4%), les industries du numérique (10,8%) et les services financiers (10,6%). Pour les acquisitions, les télécommunications, les medias et les technologies (17,3%), les biens de consommation (15,4%) et l’énergie ont représenté les meilleures opportunités. 

La région méditerranée développe également l’immobilier, le tourisme et le commerce de détail pour devenir une véritable destination mondiale de par sa situation stratégique entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique. 

Certains investisseurs sont mêmes en train de relocaliser des opérations depuis l’Asie, pour mieux gérer leur chaîne logistique et industrielle vers les marchés européens, très exigeants. La région dessert déjà les marchés mondiaux avec 18 des 100 plus gros ports mondiaux et 8 des 30 plus grands aéroports dans le monde.

La croissance de l’attractivité de la région passera par 8 grandes évolutions

Le BaroMed 2015 a identifié huit moteurs de croissance pour les IDE de la région méditerranée : le numérique, l’entrepreneuriat, l’urbanisation, la compétitivité, la diversification, les énergies renouvelables, le développement social et la transparence. 
Les investisseurs sont clairs sur les améliorations à apporter pour dynamiser l’attractivité des pays de la région : atteindre une stabilité politique est la première priorité (49% des répondants), juste devant l’amélioration de la sécurité des individus et des biens (33% en moyenne au Moyen-Orient et en Afrique du Nord), suivi par des efforts dans l’éducation, les infrastructures et la promotion à l’international. 

Marc Lhermitte conclut : « D’ici 2050, les pays au potentiel de croissance forte dans la région méditerranée vont dépasser certains pays matures en matière de PIB, de croissance et d’adoption des nouvelles technologies. Des millions de classes moyennes à travers la région vont devenir des consommateurs exigeants. Avec le BaroMed 2015, nous espérons contribuer au prochain chapitre de l’histoire de l’une des régions les plus fascinantes au monde ». 

Source de l'article l'OCEMO

Plus d'information sur :

mardi 18 août 2015

Le Maroc parmi les premiers bénéficiaires de l’Initiative pour le financement de projets urbains -

L’UpM mobilise plus de 4 milliards de DH pour le projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg - 


Une-reunion-de-lUpM-a-Barcelone.jpgL’Union pour la Méditerranée compte mobiliser un investissement urbain de 5 milliards d’euros réparti sur 27 projets urbains dans neuf pays du pourtour méditerranéen. D'ores et déjà, trois projets bénéficiaires ont été identifiés dont un au Maroc. 
Il s’agit du Projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg auquel l’UpM compte affecter 394 millions d’euros, soit plus de 4 milliards de DH. 
Ce montant a été mobilisé dans le cadre de l’Initiative pour le financement de projets urbains, un programme d’assistance technique visant à garantir la viabilité des projets et à développer les capacités régionales en favorisant les synergies entre les dimensions sociales, économiques et environnementales en matière d’infrastructures.

Considéré à juste titre comme un des chantiers emblématiques du Maroc du nouveau règne, le Projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg séduit et inspire confiance quant à sa conception et à son modèle. C’est ainsi que l’Union pour la Méditerranée (UpM) vient de le sélectionner parmi les projets bénéficiaires de l’Initiative pour le financement de projets urbains (UPFI). Il y a quelques jours en effet, le projet Bouregreg a été labellisé par l’UpM. Cela signifie qu’il aura droit non seulement au soutien des membres de l’UpM, mais également au soutien technique et à l’accès au financement.

Dans le cadre de l’UPFI, le Projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg bénéficiera donc d’un soutien de l’ordre de 394 millions d’euros, soit un plus de 4 milliards de DH. L’objectif est de permettre à ce projet de développer de nouveaux quartiers professionnels et résidentiels, des services et des espaces publics tels qu’un hôpital métropolitain et la réhabilitation de Chellah, parmi d’autres actions environnementales. À travers l’Initiative pour le financement de projets urbains, l’Union pour la Méditerranée souhaite identifier et sélectionner des projets de développement urbain «durables et innovants offrant des solutions basées sur une approche ascendante, reproductibles à l’échelle régionale et répondant aux énormes défis du développement urbain auxquels la région doit faire face suite à l’importante mutation démographique qui s’y est produite». 
À ce jour, l’UPFI a identifié 27 projets répartis sur neuf pays de la Méditerranée. Le total de ces initiatives correspond à un investissement de 5 milliards d’euros, ce qui signifie que l’assistance technique de l’UpM s’élève désormais à 8% des besoins régionaux en matière d’investissement tels qu’ils ont été évalués par la Banque européenne d’investissement pour les 20 prochaines années.

Si la première phase de l’Initiative consistait à sélectionner des projets et à définir l’assistance technique requise, la deuxième phase se pencherait, quant à elle, sur la mise en œuvre de cette assistance technique en vue de garantir la réglementation et la viabilité financière des projets par des institutions financières internationales. 

Source de l'article Le Matin

lundi 17 août 2015

Conformité des produits industriels - Le marquage "CE" prochainement en vigueur en Algérie

Le contrôle des produits industriels importés ou fabriqués localement sera renforcé à la faveur de la mise en place d’un dispositif normatif qui s’appuie sur le marquage "CE", similaire à celui de l'Union européenne.

L’Algérie qui aspire à adhérer à l’OMC doit se conformer avec les règles régissant le commerce international, parmi lesquelles figure le contrôle de la conformité des produits. 

Jusqu’à présent, le renforcement des procédures n’a été qu’au niveau des facturations et des certificats d’authenticité, les tests de conformité sont insuffisants en l’absence de normes qui standardisent les marchandises et de bureaux d'expertise dotés de la capacité du contrôle de ces normes. Une lacune dans le commerce extérieur qui favorise la propagation de la marchandise contrefaite et la mise sur le marché des produits impropres à la consommation.

Mais avec la politique actuelle d’assainir le commerce extérieur, les carences vont être graduellement corrigées. C’est dans cette perspective qu’un dispositif normatif, inspiré de celui mis en œuvre par l'Union européenne, sera prochainement mis en place. C’est ce qu’a affirmé à l’APS le directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère du Commerce, Mimoun Bouras.

Ce dispositif, dont l'élaboration et la mise en œuvre seront menées conjointement par les ministères, respectivement, du Commerce et de l'Industrie et des mines, va s'appuyer sur le marquage "CE" (conforme aux exigences), qui est une déclaration de conformité par rapport aux directives européennes, attestant que le produit respecte les normes européennes de sécurité et peut, ainsi, être vendu librement, explique le même responsable.

En attendant l’entrée en activité du Laboratoire national d'essais (LNE), avec ses annexes spécialisées en analyses physicochimiques et microbiologiques, les importateurs seront, prochainement, appelés à apporter la preuve de la conformité de leurs produits au regard des normes en vigueur dans le pays d'origine, fait savoir M. Bouras.

Lorsqu'une déclaration de conformité sera déclarée (marquage CE), l'importateur sera tenu de présenter les documents attestant de cette conformité, poursuit-il avant d’annoncer l’élaboration en cours d’une circulaire interministérielle devant définir les modalités pratiques de la mise en œuvre de cette disposition.

Source de l'article Leconews

dimanche 16 août 2015

Emplois verts : un projet européen forme 100 jeunes Méditerranéens aux métiers de l’environnement



Afin d’encourager l’intégration d’une nouvelle génération d’étudiants et d’entrepreneurs dans le marché des emplois verts, le projet Emplois verts euro-méditerranéens (EGREJOB) a formé 100 jeunes - dont 50 % de femmes - provenant d’Italie, du Liban, d’Espagne et de Tunisie dans des domaines tels que les énergies renouvelables, l’éco-construction, l’efficacité énergétique, l’agriculture durable, l’éco-tourisme et le recyclage des déchets.
 
Les cours de formation ont fourni aux participants des standards professionnels uniformes dans le secteur environnemental, ce qui leur permettra de mieux répondre aux besoins des employeurs à la recherche de travailleurs « verts » qualifiés dans l’espace euro-méditerranéen.
 
Les stagiaires ont également été formés aux modèles d’entreprise verts et aux compétences nécessaires pour créer des produits et services à la fois durables et compétitifs sur les marchés régionaux et internationaux.
 
Le programme IEVP CT Bassin Maritime Méditerranée 2007-2013 est un programme multilatéral de coopération transfrontalière cofinancé par l’Union européenne au titre de l’Instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP). Il vise à renforcer la coopération entre l'UE et des pays partenaires de la région situés le long des rives de la mer Méditerranée. 
 
Pour en savoir plus
Site web et pages Facebook et Twitter du projet EGREJOB
IEVP CTMED – site internet
Coopération transfrontalière – fiche
Interview EU Neighbourhood Info Centre - Un partenariat transfrontalier visant à rapprocher les peuples