Translate

mardi 29 janvier 2013

Migration et Développement : Euromed Migration III tient une réunion entre pairs à Madrid


Le projet financé par l'UE, Euromed Migration III, a tenu sa première réunion entre pairs en matière de Migration et Développement à Madrid le mois dernier, qui a rassemblé des représentants de l'UE et des pays partenaires méditerranéens.
 
La réunion, qui s'est tenue dans les locaux du Ministère des Affaires étrangères espagnol, s'est intéressée au Forum mondial sur la migration et le développement organisé récemment, et a examiné les problématiques rencontrées actuellement dans la région méditerranéenne. Elle a passé en revue les politiques, les perspectives académiques, techniques et opérationnelles, en réunissant des représentants et intervenants des pays partenaires méditerranéens, de la Commission européenne, des États membres de l'UE tels que la France, l'Italie et Malte, en plus d'acteurs internationaux et des organisations de la société civile, y compris l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM).
 
La réunion a été ouverte par les autorités espagnoles, la Commission européenne et l'équipe de projet. Dans son discours d’ouverture, le chef d'équipe a expliqué comment le composant de migration et de développement et le programme de formation connexe, occupent une place centrale dans les ambitions globales du projet en contribuant à l'élaboration des politiques et au renforcement de la cohérence des politiques. Il a de nouveau souligné que ce processus peut rassembler les différents volets de la politique de migration à travers l'utilisation planifiée des outils de gestion de projet, approuvée lors de la réunion sur les profils migratoires tenue en Octobre.
 
La première journée a été consacrée à la dimension politique à travers l'étude du contexte national, régional et mondial, comprenant une vue d'ensemble dans laquelle une brève revue du secteur a été esquissée avec un accent particulier sur la région. Elle s'est par ailleurs intéressée à établir des définitions, des schémas sur le rôle des migrants, et à analyser la façon dont la théorie et les politiques fonctionnent. La deuxième journée s'est basée sur la première avec des sessions qui ont abordé la coopération universitaire, le rôle de la coopération Sud-Sud, le travail des migrants et des organisations de la diaspora et le travail des programmes gérés par les donateurs et les pays du sud eux-mêmes.
 
La réunion a convenu que l'équipe Euromed Migration proposerait un document d'ici la mi-janvier indiquant les options possibles pour la formation ainsi que d'autres réunions entre pairs en 2013.
 
D'un budget de € 5 millions d'euros de la Commission européenne, le projet Euromed Migration IIIa pour objectif de de promouvoir la coopération sur les questions migratoires entre les pays européens et les pays partenaires de l’IEVP-Sud, et entre les pays de l’IEVP-Sud eux-mêmes et à aider les pays partenaires à trouver des solutions aux différentes formes de migration. Un autre objectif à long terme est de créer un réseau de professionnels pour une meilleure coopération et l'échange de bonnes pratiques et expériences. Le projet favorisera la liaison entre migration et développement, et aidera les pays partenaires à lutter contre la traite des personnes et permettra le renforcement de la capacité de la gestion frontalière. 
 
En savoir plus
Euromed Migration III – fiche et actualités
Euromed Migration III – page internet
EU Neighbourhood Info Centre - migrations
 

Appel à projets pour le 1er Forum universitaire maghrébin des Arts


Le Bureau Maghreb de l’Agence Universitaire de la Francophonie à Rabat se propose de réaliser, du 22 au 27 avril 2013 le Premier Forum Universitaire Maghrébin des Arts.
Cette initiative s’adresse aux étudiants des universités et autres institutions d’enseignement supérieur de la région Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) membres de l’AUF. Elle constitue une opportunité pour ces étudiants, accompagnés par leurs enseignants, de mettre en valeur leur capacité de création en produisant des œuvres originales.

Appel à projets pour le 1er Forum universitaire maghrébin des ArtsLe projet - porté en partenariat avec les Universités Mohamed V/Agdal-Rabat, Mohamed V/Souissi-Rabat, Ibn Tofail-Kénitra, Hassan II-Mohammadia et Chouïab Doukkali-El Jadida – veut contribuer aux efforts des universités maghrébines désireuses de favoriser l’épanouissement intégral des étudiants par le soutien à leur créativité artistique, et quelle que soit leur discipline d’étude. Les œuvres présentées devront traiter ou évoquer le thème retenu pour ce premier Forum : le campus universitaire idéal.

Justification du thème du Forum
Si l’Université est reconnue par tous comme un lieu de production, de transmission et d’extension du savoir, elle n’épuise pas toute sa raison d’être dans cette triple fonction. Comment méconnaître, en effet, son potentiel d’expressivité culturelle et, plus précisément, de créativité esthétique ?
Parmi les étudiants, combien de talents artistiques à l’état manifeste ou latent ! Dans la présente conjoncture, marquée par une interrogation, souvent angoissée, de la jeunesse sur son destin, il semble opportun de prêter une attention particulière aux messages véhiculés par les formes et les œuvres où nos étudiants projettent leur volonté de sens.

La notion d’utopie semble la plus apte à interpeler la jeunesse étudiante en lui permettant de porter sa réflexion à la limite et de libérer sa créativité. Car si l’idée d’utopie, interprétée non pas comme mirage ou chimère, mais prise dans son sens positif de modèle humain, voire d’hypothèse scientifique, exerce un tel attrait sur l’esprit, c’est que, puissance de contestation du réel, elle appelle chacun à l’exploitation du champ du possible.

L’avenir, s’il doit être meilleur que le présent, a besoin de toutes les forces de l’imaginaire et de l’art non moins que des ressources de la science et des techniques - pour autant qu’il existe encore une frontière absolue entre ces domaines naguère distincts.

Dans un souci de meilleur ciblage thématique, les étudiants, de toute discipline, guidés et stimulés par leurs professeurs, sont invités à élaborer des projets novateurs, uni- ou pluridisciplinaires, autour de la relation ville/université, le campus idéal (dans son rapport avec la nature et la société) devant servir de concept directeur.

Objectifs du Forum
Le Bureau Maghreb de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) a formé le dessein de réaliser un « Forum des Arts » à partir des meilleures productions, quels qu’en soient le support et les moyens (artisanaux ou technologiques), issues des Institutions partenaires. Les départements d’études artistiques sont, à l’évidence, les premiers intéressés - mais ils ne sont, bien sûr, pas les seuls à pouvoir témoigner de la créativité esthétique des étudiants. Le premier objectif du Forum est de rappeler l’importance de l’expression artistique dans la formation universitaire.

Un objectif supplémentaire de notre projet est de former un réseau inter-universitaire maghrébin de la culture et des arts propre à assurer la pérennité de ce genre de manifestations. A la suite du premier Forum sera élaboré un catalogue regroupant les réalisations des étudiants et qui permettra un suivi de leurs recherches.

Champs couverts
En vue d’articuler un vaste panel de disciplines (étant entendu que le thème à traiter - le campus idéal - engage à peu près tous les savoirs, de la sociologie à la médecine, du management aux sports…), les moyens et domaines d’expression seront répartis en quatre grandes catégories :
  • Axe 1 - Les arts de la main : Peinture, poterie, sculpture, bande dessinée, photo, divers artisanats, etc.
  • Axe 2 - Les arts du langage : Théâtre, cinéma (court-métrages) et arts vidéo, contes et nouvelles, poésie, musique, etc.
  • Axe 3 - Les arts de la pierre : Patrimoine, urbanisme, architecture, etc.
  • Axe 4 - Les arts de l’ordinateur : Inventivité technologique, productions par ordinateur, graphisme, webdesign, etc.

Déroulement du Forum
Le Forum s’articulera en trois volets :

1.Expositions/Spectacles :
Les œuvres qui auront été sélectionnées seront exposées ou présentées dans des espaces choisis à cet effet à l’intérieur ou à l’extérieur des universités marocaines partenaires à Rabat, Kénitra, Mohammadia ou El Jadida.

2.Ateliers/Tables-rondes :
L’organisation d’ateliers de découverte interactive des différentes disciplines regroupées autour d’un même projet répondra au souci de vulgariser certaines notions, d’impliquer au maximum les observateurs et les participants, de tisser un lien entre les intervenants et leur public, de favoriser une coopération future. L’organisation de tables-rondes autour de la présentation des réalisations exposées sera l’occasion, pour chacun, de faire partager ses expériences propres et, pour tous, de dessiner les lignes directrices des actions futures de l’AUF et de ses membres dans le domaine de la création artistique.

3.Colloque de clôture sur le thème du Forum (Utopie)
Processus de candidature
Les universités membres de l’AUF désireuses de participer à cette manifestation, sont invitées :
- à confirmer, avant le 15 octobre 2012, leur accord de principe ainsi qu’à communiquer les coordonnées d’une « personne ressource » qui rendra compte de l’évolution des projets au sein de son université ;
- à diffuser le présent appel auprès des étudiants et du corps professoral ;
Les étudiants souhaitant prendre part au Forum pourront présenter des productions individuelles ou collectives réalisées sous la supervision des enseignants de leur Université. Ils devront communiquer, avant le 15 janvier 2013, au Bureau Maghreb de l’AUF, la fiche descriptive de leur projet dûment complétée, en version papier et en version électronique.

Le Bureau Maghreb de l’AUF fera connaître la liste finale des œuvres et projets retenus pour le Forum le 15 février 2013.

Fiche projet à télécharger : Fiche projet Forum des Arts
Source AUF Maghreb

Sixième colloque sur les Tendances dans les Applications Mathématiques en Tunisie, Algérie, Maroc. 27-30 Avril 2013, Alger


Date: 27 avril 2013 - 30 avril 2013
Lieu: USTHB (Alger, Algérie)
Le colloque TAMTAM « Tendances dans les Applications Mathématiques en Tunisie, Algérie et Maroc » est organisé tous les deux ans, tour à tour, en Tunisie, en Algérie et au Maroc. Il est le fruit d’une longue collaboration entre l’école d’ingénieurs de Tunis (ENIT), l’école d’ingénieurs Mohammedia de Rabat (EMI) et la faculté des Mathématiques de l’USTHB.
Le sixième colloque de TAMTAM se déroulera à Alger en avril 2013 et sera organisé par le Laboratoire d’Analyse Mathématique et Numérique des Equations aux Dérivées Partielles (AMNEDP) de la faculté des Mathématiques de l’USTHB, en collaboration avec le laboratoire des Equations aux Dérivées Partielles Non Linéaires et Histoire des Mathématiques (EDP NLHM) de l’Ecole Normale Supérieure de Kouba, Alger. Les précédentes éditions de TAMTAM ont eu lieu à Rabat-Maroc (2003), Tunis-Tunisie (2005), Alger-Algérie (2007), à Kenitra- Maroc (2009) et à Sousse- Tunisie (2001).
Le colloque est prioritairement tourné vers les jeunes chercheurs, auxquels il se propose d’offrir l’occasion de présenter leurs premiers travaux. Conjuguant la rigueur de la sélection des communications à un souci prioritaire de formation, TAMTAM entend faciliter l’insertion de nos jeunes chercheurs maghrébins au meilleur niveau dans la grande communauté scientifique internationale.
TAMTAM se veut également un trait d’union entre les chercheurs maghrébins de par le monde, une plate forme de développement de leur coopération au service du développement scientifique de la région, ainsi qu’une fenêtre de cette dernière sur le monde. A côté des communications de jeunes chercheurs, chaque édition fait ainsi place à un certain nombre de conférences plénières traitant de travaux actuels de pointe.
Lien vers le site de l'événement

Rabat : troisième round de négociations UE-Maroc en vue d’un nouveau Protocole à l’accord de pêche


Un communiqué de presse de la CE publié hier indique que le troisième round de négociations en vue de la conclusion d’un nouveau protocole à l’Accord de pêche entre l’UE et le Maroc s’est tenu à Rabat les 15 et 16 janvier 2013. 

Alors que les deux premiers rounds avaient essentiellement mis l’accent sur les conditions techniques applicables à la flotte européenne au titre du nouveau protocole, ce troisième round de discussions a permis d’aborder les aspects financiers mais aussi politiques. 
 
Le communiqué de presse explique qu’à ce stade, les parties envisagent d’accroître les possibilités de pêche mais ont décidé de revoir les conditions techniques pour certaines espèces halieutiques, l’objectif étant d’optimaliser les efforts de pêche futurs. Les deux parties ont également discuté du soutien financier envisagé pour le secteur de la pêche, notamment en ce qui concerne les conditions de programmation, de mise en œuvre et de publication de rapports. 
 
Les négociations s’intensifieront dans les semaines à venir puisque un quatrième round doit avoir lieu à Bruxelles à la fin du mois de janvier. 
 
Pour en savoir plus
EU Neighbourhood Info Centre : page web sur le Maroc

Partenariat Algérie-Union Européenne : Plus de 15 millions d’euros pour l’appui à l’emploi


Plus de 15 millions d’euros ont été consacrés à un projet d’appui au secteur de l’emploi en Algérie, visant particulièrement à  améliorer l’intervention de l’Agence nationale de l’emploi (ANEM) sur le marché  de l’emploi, a-t-on appris lundi, auprès du ministère du Travail, de l’Emploi  et de la Sécurité sociale.      
   
«Un budget global de 15,34 millions d’euros a été consacré à un projet  d’appui au secteur de l’emploi en Algérie qui a démarré en juin 2012, dont 14,1  millions d’euros financés par l’Union européenne (UE)», a-t-on indiqué à l’APS en marge des travaux d’un séminaire sur la modernisation des services de l’emploi.       
  La contribution de l’ANEM à ce projet qui vise à mieux gérer l’intermédiation  entre l’offre et la demande de l’emploi, est évaluée à 1,24 million d’euros. Cette opération s’inscrit dans le cadre d’une convention signée en décembre  2010 entre le ministère du Travail et l’UE pour mettre en place un projet de  coopération portant appui à l’emploi en Algérie. Ce programme permettra une assistance technique à l’ANEM dans le cadre de la mise en place de son nouveau système d’information sur le marché du travail.      
   Le projet, qui s’étale jusqu’à 2014, s’articule autour de trois principaux  axes, notamment la formation des conseillers et managers de l’ANEM et du ministère  du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale.       
  Il s’agit aussi de l’amélioration de la communication avec les demandeurs et les employeurs sur l’offre de service de l’ANEM, et la contribution à l’équipement  de cette dernière en matériel informatique.       
«Six mois après son démarrage, le projet d’appui a déjà engagé plus  d’une dizaine de missions d’expertise de diagnostic et d’appui technique», selon  le ministère.
Source de l'article Elmoudjahid

Tunisie: Des fonds européens pour encourager la création de petites entreprises dans les régions défavorisées



La Délégation de l’UE en Tunisie et l’institut de microfinance MicroCred ont signé un contrat de subvention de 1,8 million d’euros pour le financement d’un projet visant à faciliter l’inclusion financière des populations actuellement exclues du système bancaire. 

Au terme du projet, le nombre de bénéficiaires finaux devrait s’élever à plus de    250 000, dont 150 000 vivant dans des régions défavorisées.
 
Ce projet d’une durée de 4 ans poursuit trois grands objectifs : accroître l’offre de services financiers aux personnes exclues du système bancaire traditionnel ; accompagner des chômeurs et des jeunes diplômés afin de les aider à créer leur propre entreprise ; contribuer à l’amélioration des conditions de vie des micro-entrepreneurs et de leurs proches en leur offrant des produits financiers adaptés à leurs besoins.   
 
Cette action associera des partenaires tunisiens : SIGMA Conseil, qui réalisera les études de marché dans les régions ciblées ; le Centre des études stratégiques et de développement (CESED), qui identifiera les micro-projets et formera et accompagnera les futurs micro-entrepreneurs afin qu’ils puissent créer des activités génératrices de revenus dans les régions les plus défavorisées du pays ; et PlaNet Guarantee, qui offrira des produits d’assurance.     
 
Pour en savoir plus
Délégation de l’UE en Tunisie – Site internet
Délégation de l’UE en Tunisie  – Page Facebook  

L'accord UE-Maroc sur les tomates fâche des deux côtés de la Méditerranée

Le Maroc peut exporter vers l'Europe un quota de tomates, concombres ou oranges sans droits de douane, en vertu d'un accord qui profite à quelques grandes entreprises mais pénalise durement les petits producteurs des deux côtés de la Méditerranée, selon ses détracteurs.

Le Maroc et l'Union européenne ont passé en 2000 un accord de libre-échange sur les produits agricoles. En février 2012, les députés européens ont décidé de l'élargir, en dépit des mises en garde répétées du rapporteur de ce dossier, l'écologiste français José Bové.


Depuis septembre, le Royaume peut donc exporter 55% de denrées sans droits de douane vers l'Europe, contre 33% précédemment. En échange, 70% des exportations européennes vers le Maroc seront progressivement exemptées de droits de douane en dix ans, contre 1% jusqu'à présent.
José Bové, ancien patron de la Confédération paysanne, ne décolère pas contre cet "accord pervers qui frappe l'agriculture familiale des deux côtés": au Maroc mais aussi en France, Espagne, Italie ou Grèce.

En Europe, les producteurs dénoncent la concurrence déloyale. Pour Angélique Delahaye, des producteurs de Légumes de France, le calcul est simple: un ouvrier agricole est payé 5 euros par jour au Maroc contre 15 euros par heure en France.
De plus, les agriculteurs européens doivent respecter un certain nombre de "contraintes", sur l'eau notamment et pas les Marocains, s'insurge-t-elle, parlant de "dumping environnemental".
Résultat: les prix du marché communautaire de la tomate ont atteint "un minimum historiquement bas" en novembre avec "un fort impact impact social en Espagne où les principales zones de production de tomates enregistrent déjà des taux de chômage supérieurs à 35%", selon le groupe de contact "tomate" qui réunit les producteurs français, espagnols et italiens.
Interrogée par l'AFP, la Commission européenne assure que "les prix des tomates remontent en ce moment, et les chiffres pour décembre montrent que les importations en provenance du Maroc sont un tiers plus basses qu'en décembre 2011".

Un accord illégal ?
Au Maroc, "ces productions utilisent les meilleures terres pour un développement à l'exportation qui pénalise les producteurs locaux et permet en retour à l'Union européenne d'exporter massivement viande, céréales et produits laitiers vers le Royaume qui se retrouve encore plus dépendant des importations alimentaires", dénonce encore José Bové.

Cette agriculture fortement irriguée pompe aussi les ressources en eau avec des conséquences dramatiques de salinisation comme le reconnaît elle-même l'Agence marocaine pour le développement agricole qui s'inquiète sur son site d'"un risque lié à la baisse des ressources hydriques" dans la plaine du Souss, principale région de production maraîchère.
Au final, cet accord "bénéficie essentiellement à trois grandes sociétés qui se retrouvent de fait en situation de monopole", selon José Bové qui cite les entreprises Idyl et Azura basées dans le sud de la France et Les Domaines Agricoles (ex-Domaines Royaux), dont la société-mère, la SNI, est contrôlée majoritairement par la famille royale marocaine.
Pour "faire tomber" cet accord, la Confédération paysanne, syndicat agricole minoritaire, a décidé de s'en prendre à une de ces trois sociétés.
Elle a donc lancé début janvier une requête devant le tribunal de commerce de Tarascon contre Idyl qui importerait des produits du Sahara Occidental, en violation, selon elle, du droit international.
En s'immiscant ainsi dans des failles juridiques, la Confédération espère montrer que l'accord de libre-échange est illégal.
Sur son site internet, Idyl en tous cas ne cache pas sa présence au Sahara Occidental: "à Dakhla, la lumière exceptionnelle et les températures nocturnes clémentes toute l'année donnent à nos melons de printemps et à nos tomates cocktail une saveur unique".
Le Sahara Occidental est une ancienne colonie espagnole contrôlée par le Maroc mais revendiquée par des indépendantistes sahraouis (Front Polisario).
Par AFP & le Parisien